A525G - Portail collaboratif de partage de la connaissance
  Bienvenue sur A525G, un portail collaboratif que tout le monde peut faire évoluer. En savoir plus...
Art
Astronomie
Bande dessinée
Cinéma
Histoire
IA
Imaginaire
Internet
Jeux
Litérrature
Logiciels
Matériel
Mathématique
Musique
Paranormal
Programmation
Voyage
SERVICES
Annuaire Web
Paroles (Lyrics)
Recettes

Boutique A525G
Dernière mise à jour : 2007-12-21
arts et culture

Le navire

© Les noms et personnages de ce roman sont fictifs.

En 1992 j’étais dans la marine, nous étions en devoir de temps en temps et cela comportait normalement que nous avions des taches a effectuer durant une période de 8 heures Ainsi un jour, je suis affecter a la surveillance nocturne d’un destroyer qui est désaffecter , donc qui ne navigue plus, il n’y a rien a l’intérieur sauf l’équipement de base et personne ne dort a bord. Afin qu’il n’y ai rien qui puisse l’endommager comme un feu ou une fuite d’eau des rondes sont effectuer a bord.

Je serais accompagner pour cette tache d’un autres marins, je regarde son nom sur la liste qui m’est fourni, un certains Tremblay et je ne le connais pas. C’est sur qu’a la fin de la nuit, on va se connaître assez bien car a part nos ronde il n’y a rien de vraiment a faire sauf jaser.

J’arrive sur les lieus et me rend compte que les deux marins qui finissent leur tache attendent que nous arrivions pour aller se coucher. En arrivant le premier, je me dit que mon compagnons va bientôt me rejoindre. J’attend quelque minute et me dit que je devrait commencer ma ronde et qu’il me rattrapera plus tard.

Je commence a faire ma ronde et me rend vite compte que j’ai hâte que l’autres arrive, le vaisseau est complètement vide, il ne reste que de long couloir mal éclairer et le bruit de porte qui claque au vent ainsi que celui de la coque qui craque au gré des vague me donne la chair de poule. Je me croirai a bord d’un navire fantôme.

Je tourne un coins et je rencontre mon compagnons qui vient de me rejoindre, il s’appelle Pierre et est du même rang que moi. Il semble avoir plus peur que moi mais je le rassure en lui disant que le fantôme n’existe pas mais il semble convaincu qu’ils existent. Nous marchons a bord toutes la nuit a faire nos rondes et j’apprend de Pierre que sa sœur va accoucher bientôt et qu’il pense retourner au civile. Les bruits a bords commence a vraiment être dur a prendre car a chaque bruit que nous ne pouvons vérifier nous sursautons a chaque fois. Les bruits qui ressemble a quelqu’un qui marche a l’étage supérieur sont les plus dur a prendre mais nous savons que nous somme seul a bord.

Au matin, pendant que je fini de remplir le rapport Pierre disparaît mais je me dit qu’il est retourné chez lui et je n’en fait pas de cas.

En ouvrant la porte afin de sortir du navire, je trouve une note sur la porte qui dit ceci.

'Je regrette de ne pas pouvoir me présenter pour pouvoir faire la garde du navire avec vous et de vous laisser seul mais des ennuis de famille m’ont retenu. Signé Maurice Tremblay’

Et soudains mes yeux tombe sur une photo jauni qui est sur le coté de la porte et sur cette photo je vois.

Pierre, celui qui a passé la nuit avec moi, avec quelque autres marins et l’inscription au bas dit, voici les huit marins qui ont été tuer lors de l’explosion de la salles des machines. Daté du 21 août 1973.

Auteur : Guy Julien
Date de mise en ligne : 2004-11-08


Réagir à cet article »

Aucun commentaire pour l'instant.

»À propos de A525G
»Participez!
»Commentaires


Google

Le Kama-Sutra arabe : Deux mille ans de littérature érotique en Orient
EUR 22,00
Acheter >

Littérature de jeunesse : Epreuve orale
EUR 21,10
Acheter >


Autres articles...

»

Le journal de la sorcière

»

Le navire

»

Le temps d'une pause




À propos de A525G | Liste des collaborateurs | Contribuer | Contact | Les logos A525G

Date de création : 01/08/2001 (Déjà 5 ans!)