Dernière mise à jour :2008-10-13

sciences

Stonehenge

Le site

Stonehenge, situé dans la plaine de Salisbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre, est la plus grande structure préhistorique d'Europe, datant du néolithique et de l'age de bronze.

Stonehenge se compose de 4 ensembles concentriques de pierres :

  • L'ensemble externe est constitué de grands blocs de grès rectangulaires qui forment un cercle de 30 mètres de diamètre (2100-2000 Av. J.C.).
  • A l'intérieur un deuxième cromlech constitué de blocs plus petits.
  • Puis en ensemble de trilithes en grès, composés chacun de 2 blocs verticaux surmontés d'un linteau. Ils sont disposés en fer à cheval et à l'intérieur se trouve un bloc de grès évoquant une pierre d'autel.
  • Le monument est ceinturé d'un fossé circulaire de 104 mètres de diamètre (3100-2300 Av. J.C.), et d'un talus ou furent creusés 56 puits : les trous d'Aubray.
  • Dans ce cercle on peut voir des monolithes de grès et des pierres plus petites : les pierres bleues (1550-1100 Av. J.C.).

Sa construction aurait donc débuté en 3100 Av J.C par la fosse circulaire et le talus formant l'enceinte. Vers 2500 Av J.C une structure en bois est érigée au centre. Vers 2000 Av. J.C. érection du monument circulaire.

Plan du site de Stonehenge

Le Mythe

La construction de ce complexe est attribuée aux Géants qui l’auraient édifié en Irlande à une époque inconnue. Puis le magicien Merlin aurait par enchantement transporté ces pierres en plaine de Salsbury.

ANECDOTE tirée des archives du Télégramme de 1997 : Stonehenge est-il l’œuvre des "Bretons" ?

Aubray Burl base sa théorie sur trois constats :

  1. Le cercle de stonehenge est placé au cœur d'un rectangle de 4 pierres qui indiquent selon les saisons le lever du soleil ou le coucher de la lune. Cette configuration ne se trouve qu'en Bretagne.
  2. Le demi cercle en forme de fer à cheval n'a d'équivalent qu'en Bretagne (Le cromlech d'Er Lannic).
  3. Un dessin figure sur un mégalithe, représentant une hache qui n'a jamais existé en Grande-Bretagne.

Charles Tanguy-Le Roux a quelques peines à prendre au sérieux ces affirmations, le cromlech d'Er Lannic ne semble pas avoir de contenu astronomique, d'autre part il y a incompatibilité d'époque entre Stonehenge et les mégalithes décorés de haches en Bretagne.

Astronomie

Il avait déjà été remarqué au 18ème siècle que les grands trilithes et les Bluestones étaient ouverts en direction du soleil levant de milieu d’été. Il n’en fallut pas moins pour dire que ce monument était en rapport avec un culte solaire. C’est plus récemment que l’astronome Gérald Hawkins à découvert que Stonehenge était plus qu’un temple mais un calculateur astronomique.

En effet, celui qui a construit Stonehenge avait une connaissance astronomique précise du chemin du soleil, car son alignement correspond très exactement au levé du soleil le jour du solstice d’été. De plus peut être était-il employé pour prévoir des événements astronomiques solaires/lunaires tels que des éclipses.

Il faut aussi noter que cet emplacement (comme d’autre monuments mégalithiques) ne devait pas être anodin pour ceux qui l’ont construit, et qu’il aura fallu de remarquables efforts pour transporter certaines pierres sur de longues distances.

Les trous d’Aubray

Explication des 56 trous d'Aubray selon F HOYLE (astronome)

Le nombre de 56 est le plus petit permettant une excellente précision de simulation des mouvements de la lune et du soleil.

  1. Avancer un marqueur figurant le soleil de deux trous en 13 jours.
  2. Avancer dans le même sens un marqueur pour la lune de deux trous par jour.
  3. Avancer en sens inverse deux marqueurs diamétraux de trois trous chaque année.

On s'expliquerait cette fois les grandes dimensions du cercle d'Aubray, modèle de l'univers, cette structure possèderait un rôle symbolique essentiel avant son rôle fonctionnel de calculateur analogique. Lorsque les marqueurs du soleil et de la lune sont aux extrémités d'un même diamètre (pleine lune) et que cette direction correspond exactement à celle de la ligne des nœuds il y a une éclipse totale de lune (les hyperboréens avaient connu le mouvement circulaire de la lune et du soleil). Un tel niveau de savoir se situe très au dessus de celui atteint par l'astrologie chaldéenne à son apogée, un millénaire plus tard. Avec une avance de deux trous tous les 13 jours, le marqueur figurant le soleil exécute le tour du cercle en 364 jours, l'erreur sur l'année vraie est seulement de 1 jour et 6 heures, il suffit d'une remise à jour annuelle, par exemple au solstice d'été. Avec son avance de deux trous par jour, le marqueur figurant le lune s'avère exacte, puisqu'il fait le tour du cercle en 28 jours. Les marqueurs figurant le ligne de nœuds (3trous tous les ans) leur fait exécuter un tour en 18,27 ans (chiffre exacte 18,6).

Les druides à Stonehenge

C’est John Aubray au 17ème siècle, puis William Stukeley au 18ème qui ont imaginé Stonehenge comme un temple druidique. Les datations effectuées sur le site prouvent que ce ne sont pas les Celtes qui sont à l’origine du site, mais étant donné la configuration du site (cercle de pierre, orientation au solstice ……) il serait étonnant que les Druides n’aient pas réutilisé ce formidable matériel.

C’est vers 1900 que les néo-druides ont commencé à investir Stonehenge pour les célébrations, en particulier au solstice d’été. Ces cérémonies ont attiré des foules de curieux et une photo de 1966 montre même des spectateurs perchés sur les pierres. En 1975 un festival « new-age » à été créé. C’est en 1984 que Stonehenge a été placé sous le contrôle d’une agence établie par le parlement pour la sauvegarde des sites antiques d’Angleterre, le festival à été supprimé et les Druides interdits.

Auteur : Annick Jacq

Copie autorisée

Version originale : http://www.bretagne-celtic.com/

Date de mise en ligne : 2002-11-24

Aucun commentaire pour l'instant.