Dernière mise à jour :2008-07-24

sciences

Cette article vous propose l'histoire du Mur de Berlin (en allemand Berliner Mauer), de sa création à sa destruction.

Le partage de l'Allemagne

La seconde guerre mondiale se termina en mai 1945 avec la victoire des Alliés sur les nazies. Pour éviter que l'Allemagne ne redevienne trop puissante, il fut décidé de diviser le pays en quatre parties : un secteur à la Grande-Bretagne, un à la France, le troisième aux américains et le quatrième aux soviétiques. Cette décision de diviser ainsi l'Allemagne devait être une mesure temporaire jusqu'à la formation d'une nouvelle administration plus digne de confiance.

Le cas de Berlin

Les Alliés avaient pris une décision supplémentaire concernant Berlin puisque celle-ci se retrouverait en territoire soviétique. La ville de Berlin serait elle aussi divisée en quatre parties. Cette division de la ville et les désaccords qui suivront entre l'Union soviétique et les Etats-Unis sera à l'origine de la "guerre froide".

RFA et RDA

Le conflit entre américains et soviétiques conduisit les pays occidentaux comme la France et la Grande-Bretagne à suivre les Etats-Unis et à s'opposer au communisme des pays d'Europe de l'Est et de l'URSS. Ainsi, en mai 1949, la partie ouest de l'Allemagne formé du nord au sud des divisions anglaises, françaises et américaines sans oublier les trois même divisions de la ville de Berlin, formèrent la RFA (République Fédérale d'Allemagne) avec pour capitale la ville de Bonn. Quelques mois plus tard, la partie Est de l'Allemagne devint la RDA (République Démocratique allemande) avec Berlin-Est comme capitale.

1949-1961

Entre 1949 et 1961, Berlin était cindée en deux (Berlin-Est et Berlin-Ouest) mais le mur de Berlin n'existait pas encore. Seul une ligne blanche qui était présente par endroit indiquait la frontière. Les gens pouvaient se déplacer librement dans toute la ville mais les divisions politiques entrainées par la guerre froide se faisaient déjà ressentir. Par exemple, chaque partie de la ville avait sa propre police et sa propre force militaire.

La population de Berlin-Ouest était isolée car entourée complètement par l'Allemagne de l'Est. La ville était environ à 200 km de la RFA. Les seuls passages pour s'y rendre étaient une route, une voie ferroviaire et trois couloirs aériens. Malgré cet isolement de Berlin-Ouest, la ville et sa population ne souffraient en aucun cas de privation. Elle était même pourvu d'un certain avantage puisque les occidentaux désiraient utiliser leur section de Berlin pour démontrer la force du capitalisme. Ils y investirent d'énormes sommes d'argent pour reconstruire la ville et inviter l'industrie ouest-allemande à s'y établir.

De leur coté les berlinois de l'Est jouissaient des avantages du communisme, par exemple, la gratuité des soins médicaux, l'emploi garanti, etc… Mais malgré tous ces avantages, le niveau de vie de la population Est-allemande demeurait inférieure ce qui provoqua des conflits entre la population et le gouvernement notamment une grève en 1953 qui dû être arrêtée par l'envois de soldats soviétiques.

La création du mur de Berlin

Depuis 1952, la frontière entre la RDA et la RFA était fermée mais rien n'empêchait encore un allemand de l'Est de passer de Berlin-Est à Berlin-Ouest et de choisir d'y rester ou encore de décider d'y prendre l'avion pour la RFA. En 1961, le nombre d'allemands de l'Est qui migraient à l'Ouest était devenu préoccupant. Plus de 20 000 personnes avaient quitté l'Est entre janvier et mars de 1961. L'économie de la RDA était menacée.

Ainsi, à l'aube du dimanche 13 août 1961, des policiers commencèrent à étendre de grand rouleaux de fil barbelé dans les rue de Berlin. Le bruit court qu'un mur permanent serait construit pour séparer la ville définitivement. Tous les moyens de transport entre les deux Berlin sont interrompus. Les semaines suivantes, un mur de béton remplacera graduellement les fils de fer barbelés jusqu'à entourer tout Berlin-Ouest. La longueur totale de la frontière était de 155 km.

L'ouest reste impuissant face à la décision de l'Est de construire ce mur. Les dirigeants occidentaux appelle la population au calme. Le président américain écrivait à ce propos que "seule la guerre pourrait l'inverser".

C'est ce qui fallit arriver pourtant en 1961 lorsque des dirigeants américains se firent refuser l'accès à Berlin-Est. Les chars américains et soviétiques se firent face à un point de passage. Ce fut l'un des moment les plus critique durant la guerre froide. Par chance, le président Kennedy et Khrouchtchev se sont entendu pour éviter un conflit armé.

Passer à l'Ouest

Entre 1961 et 1989, environ 5000 habitants ont réussi à franchir le mur de Berlin. À certains endroits de la ville, la frontière était constituée par les murs des maisons. Certains habitants ont donc pu gagner l'ouest simplement en passant par les fenêtres de ces maisons avec des draps noués. D'autres ont utilisé des ballons ou encore de petits aéronefs. Certains creusèrent des tunnels ou encore, se dissimulèrent dans des malles.

Plusieurs personnes ont été tuées ou arretés en essayant de franchir le mur de Berlin. Environ 3200 ont été arreté et 239 sont mort soit tué par les gardes ou encore noyés dans les eaux de la Sprée. La première victime est Rudolf Urban qui meurt le 19 août 1961 en sautant d'une fenêtre de la Bernauer Strasse.

Puis, le 17 août 1962, la mort du jeune Peter Fechter cause un grand frisson. Gravement blessé par les gardes, il agonise pendant près d'une heure au pied du Mur, et personne ne lui vient en aide.

La chute du mur de Berlin

Les conditions nécessaires à la suppression du mur de Berlin se forment au milieu des années 80 avec l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev. Celui-ci introduisit de nouvelles réformes comme la perestroïka (restructuration) ou la glasnost (politique de liberté d'expression et de la publication d'informations). Il renonça aussi au contrôle soviétique sur les autres pays d'Europe de l'Est. Ces pays entreprirent alors eux aussi des réformes. En particulier la Hongrie qui, en septembre 1989 décide d'autoriser des citoyens est-allemands à traverser sa frontière pour gagner l'Autriche et ensuite la RFA.

Plusieurs manifestations en Allemagne de l'Est se succédèrent ensuite. En octobre, Gorbatchev vint à Berlin-Est où il fût acclamé comme un sauveur. En novembre, 1 million de personnes manifestaient dans les rues de Berlin-Est pour réclamer la réouverture de la frontière. Gorbatchev jugea que la fin du mur était venue.

Le 9 novembre 1989

Le chef du SED berlinois et membre influent du Bureau politique démissionnaire Günter Schabowski tint une conférence de presse à 18h le 9 novembre 1989 dans laquelle il dit qu'à partir de ce moment, les citoyens est-allemands pourraient quitter le pays par les points frontaliers en obtenant un visa pour voyager et rendre visite à leur famille dans l'ouest. Les journalistes qui n'en croyaient pas leurs oreilles demandèrent alors à Schabowski quand cette mesure serait applicable. Celui-ci répondit : "immédiatement". Et la salle se vida complètement.

Vers 21h30, un couple se rendit à un point de passage et demanda à passer. Le garde ayant entendu la nouvelle les autorise à passer, mais n'étant pas trop certain de ce qu'il fait, il leur fait promettre de revenir à Berlin-Est plus tard. La foule qui regardait la scène s'avança et demanda aussi de passer. Le garde laisse passer tout le monde.

À minuit les gardes ont officiellement reçu la consigne d'ouvrir le passage. Dans voiture firent la queue pour traverser. De l'autre coté du mur de Berlin, ce c'était la fête. Des gens ont commencé à grimper sur le mur et bientôt celui-ci fût envahi par la foule. Les gens fetaient et dansaient. Durant cette nuit ont pu compter approximativement 40 000 personnes de Berlin-Est qui ont traversé la frontière.

À l'aube du 10 novembre, un quotidien est-allemand annonce la fin du mur de Berlin. Plus tard en matinée, un premier morceau du mur est retiré pour offrir un nouveau passage. Des gens se mirent aussi à fracasser le mur avec des marteaux. À partir de ce jour, le mur était maintenant virtuellement tombé même si sa disparition réelle ne se ferait que quelques mois plus tard. Il n'en reste aujourd'hui qu'une petite section conservée comme mémorial.

Après le mur de Berlin

Le mur de Berlin avait été le symbole de la guerre froide. Avec sa chute, la division de l'Allemagne n'avait plus lieu d'être. Il fut donc décidé de réunifier l'Allemagne en 1990. Au mois de juillet 1990, Gorbatchev et Helmut Kohl signèrent les accords qui autorisaient l'Allemagne réunifié à devenir un état libre et indépendant.

Auteur : Vinz102

Date de mise en ligne : 2006-08-10

Le mur de Berlin

tres beau article mais en quoi le mur de berlin est un moyen de communication,j'ai une recherche sur ceci...blague.merci

2008-04-25 00:00:00