Dernière mise à jour :2008-08-29

sciences

Louis Pasteur

L'enfance de Louis Pasteur

Louis Pasteur est né à Dole dans le Jura le 27 décembre 1822. Jusqu'à l'âge de trois ans, il vécut dans une rue qui porte de nos jours son nom, mais qui, à l'époque se nommait rue des Tanneurs. La rue portait ce nom pour la raison fort simple qu'elle était peuplée de gens qui exerçaient cette profession. C'était le cas du père du jeune Louis.

La famille Pasteur déménage ensuite dans la petite ville d'Arbois là où Louis va à l'école et ensuite au collège. élève de nature doué, il souhaite intégrer l'école normale supérieure de Paris et rêve de devenir professeur.

Il se rend donc à Paris en 1938 à l'âge de 16 ans. Cependant, dû à son attachement familial encore trop fort, il abandonne finalement cette idée après six semaines et retourne à Arbois pour poursuivre ses études et sa passion pour le dessin et la peinture. Il se rend ensuite étudier au collège de Besançon où il commence à préparer le concours de l'école normale supérieure.

Les études de Louis Pasteurs sur les cristaux

En 1843, il retourne à Paris et entre quatrième à l'école normale supérieure. Là, il apprend à enseigner la physique et la chimie. Il s'intéresse plus particulièrement à l'étude des cristaux ou encore, plus précisément, à l'effet produit sur la lumière : entre différents types de cristaux, entre leurs formes et entre leur composition chimique.

Ses recherches le mènent à sa première découverte c'est-à-dire qu'il est possible d'étudier la structure d'un cristal en étudiant la manière dont il affecte un rayon de lumière. Le comportement de la lumière trahit sa composition!

Pasteur lit son mémoire sur les cristaux devant l'académie des sciences en 1848.

Après ses études à l'école normale supérieure, il obtient son premier poste d'enseignant suppléant en chimie à Strasbourg en 1849.

Le 21 mai 1849, il y épouse Marie Laurent, la fille du recteur de l'académie. En plus de devenir une excellente ménagère, Marie devient aussi une bonne collaboratrice scientifique. En 1854, Louis Pasteur se voit assigner le poste de professeur de chimie à Lille et doyen de la faculté des sciences.

Les travaux de Pasteur sur la fermentation et la génération spontanée

Il y établit des relations avec l'industrie et fait une importante découverte. Les levures sont des êtres vivants responsables de la fermentation et non des sous-produits de celle-ci, comme le croyaient de nombreux chimistes. Fin 1857, Pasteur devient administrateur de l'école Normale Supérieure et directeur des études scientifiques.

Il demande alors la mise à sa disposition d'une partie du grenier de l'école pour y installer son propre laboratoire. Il y poursuit ses études sur la fermentation pendant trois ans.

Mais depuis 1858, Pasteur se bute aux partisans de la génération spontanée (apparition d'un être vivant sans ascendant) en particulier Félix-Archimède Pouchet et Georges Clemenceau. Ce fut finalement après six années de recherche qu'il démontra la fausseté de cette théorie. En effet, le 7 avril 1864, Pasteur donne une conférence à la Sorbonne. Ses expériences conquièrent le public, la commission d'experts ainsi que les médias. Pouchet est vaincu et avec lui la thèse de la génération spontanée.

Cependant, si Pasteur remporte du succès côté scientifique, il n'en va pas de même en ce qui concerne ses fonctions à l'école Normale. Il se heurte à de nombreuses contestations, on l'accuse d'être trop autoritaire et son poste est finalement supprimé.

La Pasteurisation

En 1863, Napoléon III demande à Pasteur d'étudier les maladies affectant le vin. Il propose de chauffer le vin à 57°C afin de tuer les germes et résous ainsi le problème de sa conservation et du transport, c'est la pasteurisation.

Pasteur et les maladies des vers à soie

Après avoir perdu son poste à l'école normale, il décide de s'investir entièrement dans ses recherches. En 1865, Pasteur se rend à Alès pour étudier les maladies qui touchent les élevages de vers à soie. Ce sera son introduction à la biologie animale. Ses études au microscope révèlent, chez les chenilles malades, la présence d'un parasite microscopique. Ses observations lui permettront d'identifier les papillons malades et ainsi de détruire leurs œufs avant que tout l'élevage ne soit infesté.

Pasteur découvre le vaccin

En 1880, Pasteur et son collaborateur, émile Roux découvrent que non seulement les poules auxquelles on a inoculé des cultures vieillies (atténuées) du microbe du choléra des poules ne meurent pas, mais elles résistent plutôt à de nouvelles infections. Pasteur a ainsi fait la découverte du vaccin. Pasteur étudie ensuite une maladie fatale pour les ruminants, le charbon, due à un bacille spécifique, Bacillus anthracis. Il se propose d'immuniser les animaux en leur injectant des bacilles atténués. Le 5 mai 1881 il procède à une démonstration publique. Il commence par inoculer à vingt-cinq moutons ses bacilles atténués. Quelques jours plus tard, il leur injecte une concentration particulièrement forte du bacille normal. Il injecte du même coup cette solution à vingt-cinq moutons qui n'avaient subi aucun traitement préalable. Comme animaux témoins, il prend dix moutons auxquels il n'injecte strictement rien. Selon la théorie de Pasteur, les moutons du premier groupe et les moutons témoins devaient survivre, tandis que ceux du deuxième, non vaccinés, devaient tous mourir. Et de fait, c'est exactement ce qui se produit.

Vaccin contre la rage

Pasteur débute ses recherches sur la rage en 1880, à la mort d'un enfant à l'hôpital Sainte-Eugénie. Partant du fait que la rage touche le système nerveux, Pasteur suppose que le microbe se trouve dans le cerveau et la moelle épinière des sujets malades. Lorsqu'un extrait de moelle épinière de chien enragé est injecté à des animaux sains, ces derniers développent les symptômes de la rage. Il remarque que la moelle infectée et desséchée protège de la maladie.

Le 6 juin 1885, Pasteur reçoit la visite de Marie-Angélique Meister dont le fils Joseph a été mordu par un chien soupçonné de porter la rage. À la fin du traitement, qui dura dix jours, on inocule à l'enfant le virus le plus violent. Celui-ci guérit définitivement! Le principe de la vaccination avait donc fait ses preuves sur l'être humain. Pasteur présente ses travaux à l'Académie des Sciences.

Le 1er mars 1886, sur 350 personnes vaccinées, une seule est décédée. L'Académie propose alors de créer un établissement destiné à traiter la rage après morsure. L'Institut Pasteur naît en 1888.

Pasteur restera à la tête de l'Institut jusqu'à sa mort, le 28 septembre 1895 à Villeneuve-l'étang.

Auteur : vinz102

Date de mise en ligne : 2007-01-09

Aucun commentaire pour l'instant.