Dernière mise à jour :2008-07-24

sciences

1564-1642

Portrait de Galilée

Plus de trois cents ans après la mort de Galilée, il n'est encore presque pas possible de parler de lui sans passion. Une des pièces de théâtre les plus controversées de notre temps lui est consacrée. Qui fut-il donc ? Un renégat ? Un grand inventeur ? Un penseur ? Un ambitieux avide de récompenses ? Un de ces joyeux libertins de la Renaissance ? Un homme qui a beaucoup souffert ? - Tout a été dit de lui. Il a été loué pour des découvertes qu'il n'a pas faites, pour des mots qu'il n'a jamais prononcés ( tel le fameux " Et pourtant elle tourne "). L'église l'a condamné pour avoir défendu une vérité reconnue depuis comme telle par elle-même, mais qui n'en était pas une à l'époque où il l'exprima ; elle ne l'a jamais réhabilité ; elle ne lui a jamais pardonné.

Galilée naquit le 15 février 1564 - trois jours après la mort de Michel-Ange. Son père, Vincenzio, était un homme d'une vaste culture, il combinait le commerce du drap avec la musique, surtout la " musique spéculative ". Vincenzio fit tout pour éveiller chez son fils le goût des arts. Galilée apprit entre autres le luth, qui devint son instrument favori, et l'orgue qui le consola pendant les derniers jours de sa vie. Il fréquentait les peintres de son époque dont certains lui demanderont plus tard conseil. Et il avoua, des années plus tard, que, si les circonstances lui avaient permis de choisir lui-même sa profession, il serait devenu peintre.

Lorsque Galilée eut dix ans, la famille retourna pour quelque temps à Florence et l'envoya faire ses premières classes chez les moines de Vallembrosa. De retour à Pise en 1581, il fut inscrit à l'université ce cette ville.

Si Vincenzio avait tout entrepris pour faire de son fils Galilée un humaniste accompli, il négligea cependant les mathématiques, car il destinait son fils aux études de médecine qui n'avaient alors rien de commun avec les mathématiques. Mais Galilée, " ayant entendu vanter l'utilité de cette science ", demanda à un familier de la maison de lui expliquer, à l'insu de son père, quelques-unes des propositions d'Euclide.

Son père l'ayant empêché de terminer avec son maître le livre 1, Galilée voulut savoir s'il ne pouvait pas le comprendre seul, jusqu'au bout. Tout en faisant semblant d'étudier Hippocrate et Galien, toujours ouverts sur la table, il arriva sans aucune difficulté au sixième livre ; après quoi son père, surpris par " sa rare faculté d'inventer de nouveaux problèmes ", céda et lui permit d'abandonner la médecine pour les mathématiques.

Galilée étudia pendant quatre ans dans sa ville natale, sans obtenir le moindre titre académique; ensuite, il passa quatre années à Florence, interrompues par un bref voyage à Rome.

En 1589, il est nommé professeur de mathématiques à Pise. Pour un salaire de 60 scudi par an - ce qui paraît bien maigre comparé aux 2000 scudi que gagnait alors le titulaire de la chaire de médecine.

Dans son propre domaine, Galilée, à 25 ans, avait déjà son mot à dire. Et il le dit assez énergiquement pour qu'on l'appelle " le bagarreur " . Si, dans ses cours, il s'en tenait encore fidèlement à Aristote et enseignait la cosmologie Ptoléméenne, il préférait déjà à " sa majesté péripatéticienne ", l' " inimitable " Archimède.

Sa première découverte, Galilée l'avait faite à Pise, lorsque, à 19 ans, il s'aperçut de la constance du temps d'oscillation du pendule, en le comparant à son pouls.

A la fin de son séjour à Pise, Galilée écrit son premier ouvrage antiaristotélicien, Del Motu, qui ne sera publié que trois cents ans plus tard, mais dont une grande partie entrera dans la composition de son dernier et plus important ouvrage : Les Discorsi. Les problèmes traités dans Del Motu l'occuperont durant toute sa vie.

A 28 ans, Galilée quitta Pise et son grand-duc pour Padoue et la république de Venise. Nommé professeur de mathématiques pour six ans, il en passera finalement 18, qui seront, selon ses propres mots, les dix-huit plus belles années de sa vie. De sa liaison avec la Venitienne Marina Gamba naissent, pendant son séjour à Padoue, un fils, Vincenzio, et deux filles, Virginia et Livia. Vincenzio sera plus tard légitimé par le grand-duc de Toscane. Les deux filles seront mises au couvent, "solution" souvent reprochée à Galilée, mais peut-être difficile à éviter à cette époque.

En 1610, Galilée fit plusieurs découverte dont :

  • Les surfaces inégale de la lune.
  • La voie lactée et les nébuleuses n'étaient qu'un amas d'étoiles.
  • Quatre étoiles ( satellites ) tournant autour de Jupiter.
  • Découvrit Saturne au triple corps
  • Phase de vénus

Lorsque Galilée fit ses observations sur Vénus, il avait quitté Padoue pour Florence; les dix-huit plus belles années de sa vie étaient bien finies, et il caressait l'idée de quitter l'atmosphère assez mesquine d'une ville où , après tout, sa situation matérielle n'était pas tellement brillante.

Dans cette même année, 1610, Galilée est nommé premier mathématicien de l'université de Pise, sans obligation d'y résider, et premier mathématicien et philosophe de Toscane. Pendant plus de 20 ans, à Florence, il fut d'avantage philosophe que mathématicien; il se préparait maintenant à apparaître sur le " théâtre du monde " pour défendre la cause de Copernic, et c'était là, plus oeuvre de philosophe que de mathématicien.

En 1632, Galilée écrivit un livre qui portait sur le système de Copernic. Mais 6 mois après la parution du livre, sa diffusion fut interdite et tous les exemplaires saisis; deux mois plus tard, l'église catholique donna l'ordre à Galilée de se présenter à Rome pour être juger devant jury.

En 1633, c'est un vieillard fragile, de près de 70 ans, qui arriva à Rome. Les amis de Galilée demandèrent que l'on eût pitié de lui, mais en vain, Etant retenu dans les locaux du Saint-Office, pendant son procès, on lui montra les instruments de torture, et, connaissant le deuxième degré de l'escalade, leur simple vue lui suffit. Menacé de torture, il répondit : " Je suis entre vos main. Faites de moi ce que vous voulez. ".

Le 22 juin de cette même année, Galilée fut condamné à l'unanimité par le conseil du Saint-Office à l'abjuration et à la détention de la Sainte Congrégation : " Nous prononçons, jugeons et déclarons que toi, Galilée, tu t'es rendu véhémentement suspect d'hérésie... comme ayant cru et soutenu une doctrine fausse et contraire aux saintes et divines écriture, à savoir que le soleil est le centre de l'univers, qu'il ne se meut pas d'orient en occident, que la terre se meut et n'est pas le centre du monde."

Une dizaine de jours plus tard, Galilée prononça, agenouillé, dans l'église Santa Maria sopra Minerva de Rome, la formule d'abjuration qui commençait ainsi: " Moi, Galilée, à la soixante-dixième année de mon âge, constitué personnellement en justice et ayant devant les yeux les saints évangiles que je touche de mes propres mains d'un cœur et d'une foi sincères, j'abjure, je maudis et je déteste l'erreur, l'hérésie du mouvement de la terre. "

Une semaine après l'abjuration, Galilée avait été autorisé à vivre en résidence surveillée, à Sienne, chez l'archevêque Piccolomini, son ami, dont la conversation aimable lui donna " tant de quiétude et de satisfaction de l'âme " qu'il se sentit capable de rependre, après quelque temps, ses études sur la résistance des matériaux et d'autres spéculations.

8 ans plus tard, le 8 janvier 1642, après deux mois de maladie, Galilée mourut à l'âge de soixante-dix-sept ans. Sur ordre du grand-duc, le corps de Galilée fut enseveli dans une chapelle latérale de Santa Crose où se trouvait le cerveau de sa famille.

Auteur : Jérôme (Club Astronomique du Val de Loir

Copie autorisée

Version originale : http://clubastronomie.free.fr/histoire/galilee.htm

Date de mise en ligne : 2003-11-19

Aucun commentaire pour l'instant.